Un aperçu de mon salon

3 jours passés au salon Respire la vie de la Rochelle, pour me faire connaitre auprès des particuliers et des entreprises là où j’ai décidé de m’installer pour une nouvelle vie.

3 jours de salon qui représentent tellement pour moi.

La mise en avant de mon entreprise, de ma nouvelle activité.

3 jours qui me confirment que oui toute la vie avant le burn-out reste toujours présente, et que l’on est capable de retrouver ses facultés, ses gestes, ses compétences passées pour son « après burn-out. »

3 jours qui me confirment qu’il y a bien besoin d’aborder le sujet en entreprise, et que j’ai toute ma légitimité à en parler, à former les responsables d’équipes à mieux le repérer et faire en sorte d’avoir de bonnes conditions de travail.

3 jours pendant lesquels j’ai discuté avec de nombreuses personnes désabusées :

–       de nombreux retraités heureux d’être sorti du système, et de ne plus être concerné par le sujet,

–       des gens en questionnement pour savoir s’ils sont touchés par le burn-out eux aussi, qui m’ont demandé quelques astuces pour ne pas sombrer,

–       De nombreuses personnes démotivées, inquiètes de voir certains de leurs collègues partir, et ne pas revenir.

–       D’autres qui sont heureuses d’avoir réussi à sortir de leur burn-out et qui ne sont là que pour continuer à prendre soin d’elles, … ou des autres !!

3 jours pendant lesquels j’ai discuté avec de nombreuses personnes en souffrance :

–       Qui le sont depuis des mois qui culpabilisent de ne pas pouvoir y retourner, et qui se demandent si elles pourront le faire un jour.

–       qui se demandent dans quelle direction aller, après avoir quitté leur entreprise sans être complètement remise.

–       Qui accompagnent des proches touchés qui craquent car elles sont dépassées, et ne savent pas comment les soutenir,

–       Qui sont eux même des managers qui ne savent plus quoi faire, par quel bout prendre leur travail, qui se sentent tellement démunis entre le marteau et l’enclume… eux même souvent déjà en burn-out.

J’ai aussi rencontré :

–       des jeunes qui sont heureux là où ils sont,

–       des moins jeunes qui sont aussi épanouis dans leur travail, qui ont le sourire, et la motivation : oui çà existe et il y en a bien plus qu’on en le croit !!

–       des gens qui passent en disant ne pas être concernés car tout va pour le mieux et c’est tant mieux pourvu qu’il ne le soit jamais.

–       Des personnes engagées dans des entreprises qui ont conscience qu’il est temps d’agir, et qui ont déjà mis en place de belles initiatives, et cela fait plaisir à entendre.

Oui il y a des changements à faire nous en sommes tous conscients.

Oui il y a de belles entreprises qui mettent en place des initiatives, et qui avancent dans la bonne direction. Celles-là ont fait le nécessaire pour voir les besoins avant de penser aux solutions.

Le burn-out n’arrive pas du jour au lendemain, il y a des signes avant-coureurs qu’il est important de connaitre pour les Reconnaître.

Les prises de conscience sont souvent là maintenant, et c’est une bonne chose, en même temps on se demande comment faire pour reculer, pour faire différemment… Beaucoup se disent en burn-out alors qu’ils sont juste perdus, dépassés…. Et ont besoin d’être accompagné.

Oui beaucoup prennent conscience que leur rythme est dépassé, et pourtant ils en font encore plus, c’est souvent le début du processus qui peut conduire à terme au burn-out donc attention !

Le burn-out c’est du collectif, et en même temps c’est aussi de l’individuel : c’est de notre responsabilité de voir comment on se sent dans notre travail, c’est de notre responsabilité de parler de ce qui ne nous convient plus, de voir ce qui peut être changé, ou de faire en sorte d’accepter, de s’organiser différemment, de déléguer, de revenir à un poste mieux maîtrisé, de se former, de prendre du temps pour soi hors du travail pour se ressourcer, et conserver son énergie.

C’est du collectif car la personne en burn-out est souvent dans le déni, et fera tout pour ne pas avoir à s’arrêter… C’est donc les autres qui pourront la conduire à s’arrêter à temps, ou mieux l’accompagner pour revoir l’organisation de son temps de travail, la gestion de ses priorités et de son temps pour mieux gérer son stress, et la pression.

Je constate que notre rythme est de plus en plus dur à suivre, et à supporter quand on ne voit plus la finalité de son travail, qu’on ne comprend plus l’intérêt de son investissement. Il est temps d’agir pour trouver des solutions de prévention, et çà cela passe par des temps de réflexion, de collaboration qui peuvent avoir lieu pendant des journées de formations.

Quand est ce que l’on sait que l’on a un risque d’être atteint ?

  • Quand on n’est pas remercié pour son travail, qu’il n’y a aucune reconnaissance pour tout ce que l’on entreprend, que la pression est continue, et que les managers en deviennent toxiques.
  • Quand le temps réparti pour chaque tâche, ou chaque patient est minuté, et que chaque geste est analysé, sans être discuté ni apprécié.
  • Quand on est fatigué de tous les tableaux de bord à remplir qui sont là pour pister l’efficacité de chacun, afin d’optimiser le moindre temps mort.
  • Quand il n’y a pas un maître à bord qui donne la direction générale, et en qui on a confiance.
  • Quand on a l’impression que seule la rentabilité, et la profitabilité des actionnaires est mise en jeu pour avancer, et que l’on se sent maltraité.
  • Quand on est fatigués de voir ses efforts pour essayer de mettre en place des choses pour le bien-être, que c’est souvent inutile, ou pas reconnu, ou qu’il faut arrêter car on n’est pas là pour çà.
  • Que l’on investit tout son temps pour son travail, et que l’on ne sait plus ce qui peut nous faire plaisir à l’extérieur.
  • Et bien d’autres raisons qui accumulées font que le corps un jour lâche !

J’ai vu quelqu’un qui souriait à la lecture de mon titre en me disant on aura tout vu !

Ce titre j’ai en effet longtemps hésité à le mettre, et puis j’ai osé « spécialiste de l’épuisement professionnel ».

Je lui ai répondu que j’aurais vraiment aimé faire un autre métier, et que j’espère le faire le moins longtemps possible…. Elle a souri.

J’ai vu un manager qui m’a dit qu’il aimait mon nom d’entreprise, avec son double sens et qu’il aurait tellement aimé savoir avant de le subir, et que oui c’était important de se ménager.

3 jours de salon avec de belles rencontres aussi au niveau des personnes ressources de la région.

3 jours de salon pendant lesquels j’ai partagé mon sourire, et mon énergie pour redonner un élan, un peu de confiance à certains, et cela ça fait du bien.

Des gens qui vont peut-être participer prochainement à un atelier BO Thé, qui en même temps ont peur car cela ressemble un peu aux alcooliques anonymes.

Oui c’est un peu le principe, se retrouver entre victimes d’une maladie qui n’est pas reconnue comme telle, incomprise par ceux qui ne l’ont pas connue…

Ces ateliers ont pour objectif de clarifier pourquoi on en est arrivés là, y réfléchir avec des méthodes pédagogiques qui sortent aussi du cadre d’un groupe de parole, et tester quelques techniques de reconnexion à soi, et au corps qui a lâché.

Certains allergiques à ce type de rencontres ont plutôt choisi de prendre un RDV individuel.

J’espère sincèrement que tous ceux qui ont pris ma documentation en disant qu’ils allaient en parler à leur chef arriveront à les convaincre sur l’utilité d’aborder le sujet, pour travailler ensemble à un mieux-être.

Je remercie les personnes qui m’ont encouragées en me disant que c’était bien ce que je faisais, que mon stand était magnifique, et lumineux comme la lumière dans mes yeux.

Oui le chemin est long pour s’en remettre et repartir, et si je peux juste partager à tous ceux qui sont en reconstruction après avoir chuté pour vous permettre d’avancer, c’est que oui la lumière est bien au fond du tunnel, et que nous avons tout au fond de nous pour y arriver.

Patience, persévérance et courage sont vos principaux atouts pour y parvenir.

Une de mes ressources à moi m’avait dit un jour, jusqu’où devras tu aller Virginie pour être fière de toi ?

Je suis fière d’avoir été sur ce salon pendant 3 jours. Fière d’être la femme que je suis avec mes faiblesses, et mes forces.

Voilà je suis fière d’avoir réalisé mon premier salon comme j’étais fière le jour de ma première formation, de mon premier RDV individuel, de mon premier atelier BO’thé, de mon premier article, et de toutes mes premières fois depuis que j’ai crée Manage & Vous.

Pour finir je vous partage cette illustration qui j’espère fera sourire tous ceux qui sont un peu perdus en ce moment.

Aucun texte alternatif pour cette image

Belle journée à tous,

La vie est belle il faut juste s’en rappeler de temps en temps…

Virginie Lemaire

Manage & Vous

Conseil – Formation – Accompagnement

Entreprise – Particulier

Inscription au BO’Thé à venir via ce formulaire : https://forms.gle/MAQiQfhR2QK2EmZ99

Les dates des formations Intra-entreprises et Particuliers sont accessibles dans l’onglet Contact et Calendrier, dans la région de la Rochelle et pour toutes les demandes d’interventions inter entreprises ou dans une autre région n’hésitez pas à me consulter je suis mobile, et je réalise aussi des formations sur mesure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close